SWEET ME THE GAME

JEU DE SOCIÉTÉ

JEU DE DÉVELOPPEMENT PERSONNEL

100% BONHEUR ENSEMBLE !

Foire aux Questions

les Coulisses de Sweet Me

On s’est dit que ça pourrait vous intéresser de découvrir les coulisses de la création de Sweet Me.
Egalement sur cette page les réponses à des questions que vous vous posez peut-être,
ce sont en tout cas des questions que l’on nous a posées.

Vous reprendrez bien un peu de bonheur !

Autour du

Comment vous est venue l'idée ?

En gros, c’est Corinne qui a eu l’idée. A force de rencontrer des personnes qui utilisait l’ironie, l’humour, la fuite, etc. au lieu de dire des choses sympa, agréables et nourrissantes pour l’autre, elle s’est dit qu’il fallait faire quelque chose pour aider cette parole particulière, celle qui fait du bien, celle qui nourrit l’estime de soi, à émerger, à se dire !

Pour ne pas faire de redite, nous vous proposons plutôt de visiter la page « notre histoire » qui est, en fait, plutôt l’histoire de Sweet Me.

Comment ça s'est organisé ?

Un peu à l’arrache on doit l’avouer … on ne savait pas trop où on mettait les pieds !

Une fois que l’idée de base a été là, Corinne a réuni autour d’elle sa famille, et notamment son fils passionné de jeux en tous genres, puis sa fille et son amoureux. Et les amis ont rejoint le projet au fur et à mesure, au gré de leurs envies et de leurs compétences.

On s’est tous lancé dans l’aventure Sweet Me comme on démarre un sprint, à fond les ballons ! Et puis, on s’est vite rendu compte que ça allait plutôt ressembler à un marathon : il allait falloir qu’on tienne sur la durée. Et Corinne a informé tout le monde : « moi, je ne suis pas douée pour le marathon, je vais avoir besoin de votre aide » …

Quels étaient vos objectifs et vos impératifs ?

Le cahier des charges, puisque ça s’appelle comme ça, celui qu’on s’est fixé, était clair et simple, et il avait 2 facettes.

L’objectif premier était de créer un jeu qui libère la parole nourrissante, la parole qui complimente, pour que chacun apprenne à dire aux autres ce qui est beau chez eux, et à se dire de façon authentique.

L’autre impératif était que l’on s’amuse en jouant à Sweet Me, et donc que ça ne soit pas un simple jeu de développement personnel (jeux que nous adorons par ailleurs), mais plutôt un jeu de société où l’on partage en famille, entre amis ou entre collègues.

+ d’infos sur la page : on joue ?

Pourquoi avoir voulu faire un jeu de société plutôt qu'un simple jeu de cartes de développement personnel ?

Parce que, pour nous, le lien est important. Autant le lien avec autrui, que celui avec soi ou encore celui avec le Monde qui nous entoure.

Autour d’un jeu de société, on partage, on se retrouve, on passe du temps ensemble, on joue, on rejoue, on s’éclate. Les jeux ont de tous temps créé du lien entre les hommes. Nous avions envie de nourrir ce lien et ces temps de partage. Par ailleurs, Sweet Me trace un chemin vers le développement personnel pour ceux qui le souhaitent. Vous trouverez ici une façon de jouer spécifique : « de moi à moi » …

A qui s'adresse Sweet Me the Game ?

A tous !
Sweet Me the Game est la version la plus généraliste de Sweet Me.

Vous pouvez jouer entre amis, en famille, entre collègues, en couple … Il n’est pas nécessaire de se connaître beaucoup pour pouvoir jouer et s’amuser. L’effet Sweet Me fonctionne et nourrit tout le monde.

Comment ça se fait que ça marche même si on ne connait pas, ou peu, les autres joueurs ?

Tout simplement parce que, quand nous rencontrons quelqu’un, même pour la première fois, nos sens sont en alerte et nous avons plein d’infos qui nous viennent sur ce qu’elle est … ou sur ce que nous supposons qu’elle est ! Quand nous sommes en contact avec une personne, nous ne pouvons pas ne pas avoir de « projections » vers elle. Ce sont ces projections qui vous servirons pour lui offrir des compliments, et vous verrez que vous « tomberez juste ».

Vous dites que Sweet Me est un jeu d'un genre nouveau. En quoi est-il novateur ?

Dans quasiment tous les jeux, il y a un gagnant. C’est ce qui fait la force motrice du jeu. Or, quand il y a un gagnant, il y a aussi un (ou des) perdant(s). Il y a du « je » contre « les autres » … Et c’est ça que nous ne souhaitions pas.

Nous voulions créer un jeu où chacun s’amuse, et également un jeu où tout le monde gagne ! Nous voulions mettre notre petite pierre à l’édifice d’un monde nouveau tourné vers l’autre, sans s’oublier soi.

Ca a été l’un des plus gros challenges de la création de Sweet Me, et aussi ce qui a généré le plus de discussions passionnées entre Corinne, Dorian et Lydia. Comment faire en sorte de se faire du bien et de faire du bien aux autres en s’amusant ? Comment faire en sorte qu’on ait envie de rejouer si on ne gagne pas contre les autres ?

Au vu des parties-tests réalisées, nous avons vu que la dynamique de jeu fonctionnait, et qu’elle apportait de la joie et des rires. Pour nous, l’objectif est atteint. Nous espérons sincèrement que vous y prendrez le même plaisir que nous.

Pourquoi un nom en anglais (et pas en français) ?

Pas évident de trouver un nom ! Nous souhaitions qu’il sonne et qu’il ait un goût de douceur.

L’objectif étant de « nourrir » ses partenaires de jeu, on a tourné longtemps autour du goût. De « goûte moi », peut-être un peu trop sexe à « nourrit moi », un peu trop bof … puis de « feed me », on a atterrit sur « Sweet Me » qui ne veut rien dire en anglais mais qui se comprend : nourris-moi avec du doux !

Du coup, un jour, on pourra traduire Sweet Me pour l’exporter ! Il n’y a pas de raison que les anglophones ne puissent pas se faire du bien eux-aussi …

Autour de la

Comment avez-vous choisi vos partenaires ?

On ne les a pas vraiment « choisis », il s’agit plutôt de rencontres. Rencontres d’aujourd’hui ou rencontres d’hier. Des rencontres du coeur toujours ! Des amis qui ont dit « j’en suis parce que ça me plait ! » L’équipe s’est constituée au gré de ces rencontres.

Pour en savoir + : visitez la page : notre équipe« , vous saurez tout.

Avez-vous toujours été d'accord sur tout ?

Ouh là … non !

Dans cette aventure, chacun a appris l’écoute, la patience, la concession, l’abandon de la recherche de perfection que chacun avait en lui. On a essayé de regarder le monde avec les lunettes de l’autre pour comprendre ses points de vue.

On a aussi essayé, et plutôt bien réussi ma foi, de se faire comprendre des autres. Parler « à partir de soi » plutôt que de parler « sur l’autre ». La Communication Non Violente fut une aide précieuse !

Mais, si on n’a pas été d’accord sur tout, cela n’a pas empêché Sweet Me the Game de naître dans la bonne humeur, dans les éclats de rire, avec l’envie que les futurs joueurs s’éclatent autant que nous.

Quels ont été les points sur lesquels vous avez le plus galéré ?

Honnêtement ? Sur les règles du jeu pour, à partir d’une idée globale, réussir à imaginer un vrai jeu où on s’amuse. Il fallait aussi que le « game design » soit simple à comprendre par des « non gamers ». L’idée du plateau de jeu qui se construit autour du plateau des scores, on a adoré l’originalité … il fallait trouver comment expliquer ça, car ça casse un peu les codes traditionnels.

On a revu la façon d’expliquer les règles du jeu de nombreuses fois, on ne les compte plus ! Il y a eu des allers-retours, des avant-arrière, des moments où on a tout repris à zéro.

Et puis finalement, on a décidé qu’il y aurait 3 façons de jouer à Sweet Me the Game :
— une version « Sweet », light et rapide, et tout aussi puissante
— une version « Game », plus complète et stratégique, pour profiter de tous les éléments de jeu
— et enfin, une version « de moi à moi », très développement personnel

Comment vous est venue l'idée de contacter Marc Vella ?

Nous croyions à notre projet, nous étions fans avant qu’il ne naisse. Et on s’est dit que, comme pour un bébé, une naissance devait être soutenue par un parrain …

Corinne ne connaissait pas personnellement Marc Vella mais elle avait l’impression de le connaître d’âme à âme. Elle a donc pris son courage à deux mains pour lui parler du projet Sweet Me et lui demander son aide bienveillante. Le moment où il a dit « oui » a été une explosion de joie … Sweet Me avait toutes les chances d’avoir une belle vie.

Avez-vous testé Sweet Me avant de le mettre en vente ?

Oui bien sûr ! On a d’abord testé entre nous trois, Corinne, Dorian et Lydia, les premières versions.

Puis, quand on a vu que ça marchait plutôt bien, on a fait appel à notre réseau proche : notre famille et ceux qui savaient que Sweet Me était en gestation. Ce qui faisait quand même pas mal de monde, vu qu’on en parlait tout le temps !

On a ajusté les règles après ces premières parties. Puis, on a ouvert à notre réseau élargi, les z’amis des z’amis. Et enfin, au bout du bout, nous avons animé des parties avec des personnes que nous ne connaissions pas du tout.

En tout, ce sont + de 50 parties-test qui ont été jouées, avec des super feed-back. On a même parfois été bluffé des résultats et des émotions qui émergeaient.

Chacun a apporté sa petite pierre à l’édifice. Si ça vous intéresse, nous vous invitons à visiter la page témoignages de ce site.

Combien de temps a pris la création de Sweet Me ?

Entre le premier bout de la première idée et la finalisation du jeu qui correspond au lancement de la campagne de financement, nous avons travaillé plus de 18 mois sur Sweet Me à raison d’une réunion par semaine à 3 (Corinne, Dorian, Lydia).

Sans compter le boulot pour créer le design du jeu, la recherche d’imprimeurs, de cartonniers, la création de ce site internet, des pages Facebook et LinkedIn, l’information à la presse, etc. etc. etc. Un travail de titan qui n’est pas encore terminé !

Début décembre 2019, la campagne de financement sur Ulule s’est terminée et on était à fond ! Les premières livraisons des premiers jeux a eu lieu pour Noël 2019 … Il y a eu du bonheur aux pieds des sapins. Et ça continue !

Autour de la

C'est quoi un jeu éthique et éco-responsable ?

Un jeu éthique et éco-responsable, c’est, à notre avis, un jeu qui respecte aussi bien l’homme que la planète. C’est un jeu citoyen, axé « coeur », destiné à faire du bien à ses partenaires, mais également, un jeu qui permet de grandir soi-même. Parce que chaque personne qui est bien en elle et avec elle-même peut rayonner son bien-être vers tous ceux qu’elle croise.

Et quand nous allons bien, quand notre estime est au beau fixe, alors le besoin de compensation, les compulsions … ne sont plus nécessaires. Notre corps va bien parce que notre être va bien ! L’épanouissement dans le partage, il n’y a que ça de vrai !

Côté planète, nous avons vraiment fait en sorte que Sweet Me soit produit de la façon la moins polluante possible (papier FSC, encres à bases végétales, prestataires de proximité, etc.)

Un jeu éthique et éco-responsable, c’est également un jeu qui tente de soutenir des valeurs d’humanité, de bienveillance, de non-jugement et de respect … Valeurs auxquelles nous croyons. Et vous ?

C'est quoi un papier FSC ? Et les "encres à bases végétales" ?

Le papier certifié FSC est une garantie contre la déforestation. La fabrication, puis l’impression de papier certifié FSC, participent à la gestion durable des forêts. En effet, la certification PEFC du papier atteste du respect des fonctions environnementales, économiques et sociales des forêts.

En savoir +

On parle d’encres à bases végétales lorsque les encres ne contiennent pas d’huiles minérales comme diluants, mais majoritairement des huiles végétales : les huiles de lin, de bois de Chine, de soja, et, dans une moindre mesure, de colza, de tournesol, de maïs, de cœur de palmier, de noix de coco, de canthome, d’oiticica. Les résines naturelles sont des produits extraits de pins spéciaux.

Pourquoi avoir choisi de faire un jeu Made in France ?

Tout simplement parce que ce sont nos valeurs. Si on veut préserver un peu notre planète, produire, fabriquer, au plus proche de soi permet d’économiser des ressources précieuses pour tous.

Sweet Me® the Game | Made in France

Comment avez-vous choisi votre imprimeur ?

Nos critères de sélection ont été … dans le désordre … son engagement citoyen et éco-responsable, sa capacité à fabriquer des petites quantités sans faire « trop » exploser les coûts, sa proximité (pour éviter les transports au maximum), ses savoir-faire en matière de fabrication de jeux et sa capacité à répondre à nos critères de qualité.

Nous avons trouvé notre bonheur auprès de Ferriot Cric, entreprise française spécialisée dans la fabrication de jeux. Merci à eux !

Pourquoi avez-vous choisi l'auto-édition ?

Pour deux raisons simples : liberté et qualité.

Nous voulions rester maîtres de notre concept, avoir un produit de belle facture et avoir la main sur notre stratégie commerciale, tout en restant dans les prix du marché.

Nous étions conscients que cela aller certainement nous coûter plus cher, que ce serait moins « rentable » (et ce n’est pas un gros mot), que ça allait être moins simple et que ça n’allait pas nous aider dans la distribution du jeu, mais c’était notre choix.

Nous espérons que vous serez sensibles à nos choix et que vous nous soutiendrez dans cette démarche.

Autour de la

Quand est prévue la sortie de Sweet Me the Game ?

Nous avons visé une ouverture officielle des ventes au 15 novembre 2019 qui présentait l’intérêt symbolique d’être la date d’anniversaire de Corinne, et l’avantage d’être avant Noël.

Les premiers jeux précommandés sur Ulule ont été livrés pour Noël 2019 

Objectif « pied du sapin » !

Quels vont être vos canaux de distribution ?

Nous avons fait le choix de vendre Sweet Me® the Game directement sur la boutique notre site.

Puis, dans un avenir que nous espérons proche, nous le distribuerons dans les commerces de promixité, les librairies de quartier par exemple. Nous pensons que c’est important, aussi bien pour le lien social, la préservation du tissu économique des territoires que pour le respect de notre planète.

Une page de ce site est dédiée à « nos partenaires« . 

Si vous pensez qu’un de vos commerçant ou l’une de vos connaissances pourrait devenir distributeur de Sweet Me, n’hésitez pas à nous le faire savoir. Vous êtes nos plus beaux ambassadeurs.

Je veux être distributeur, comment faire ?

C’est tout simple : contactez-nous ! Et ça sera avec un immense plaisir !

Si nous devenons partenaires, nous insèrerons les informations sur votre commerce dans la future page « Nos partenaires« .

Autour du

Comment est financé Sweet Me ?

Sweet Me est un jeu auto-édité et auto-financé par Corinne (en tant que thérapeute et agence de communication gestaltiste).

Nous avons lancé une campagne de pré-ventes sur Ulule, mais le temps était très court pour bien communiquer. Nous avons été trop optimistes ! La campagne n’a donc pas atteint son objectif. Mais les Ululeurs ont tous confirmé leur commande ensuite. Merci à eux !

Portés par ces premières commandes et surtout par les messages de soutiens reçus, pleins d’amour et d’encouragement, nous avons tout de même lancé la première fabrication des 1000 premiers exemplaires. Ils ont été livrés pour Noël 2019.

Sweet Me the Game poursuit désormais son chemin.

Avez-vous arrêté de travailler pour créer Sweet Me ?

Sweet Me, c’est notre bébé … Est-ce qu’on s’arrête de travailler quand on attend un enfant ? Ben non !

En plus, on adore tous nos boulots respectifs, ils viennent nourrir la philosophie de Sweet Me. Pour la plupart, nous accompagnons des personnes en souffrance ou en crise, on a encore des choses à faire !

Et puis, soyons pragmatiques, auto-éditer un jeu n’est pas le choix le plus cool financièrement … il faut aussi faire bouillir la marmite !

Comment avez-vous choisi votre plateforme de crowdfunding ?

Notre choix s’est porté sur Ulule, dont la base line est : « Donner à chacun le pouvoir d’agir, pour un monde plus divers, plus durable, plus ouvert » …

Si vous avez eu le temps de lire quelques textes de ce site, vous comprendez aisément que cela collait bien avec nos valeurs et avec celles de Sweet Me.

La page de la campagne est toujours visible sur Ulule

Comment avez-vous défini le prix de vente ?

Ca a été un gros sujet …
Nous avons fait une étude du marché des jeux de société, mais également de celui des jeux de développement personnel, comme les tarots et les oracles, mais aussi des jeux utilisés par les coachs dans l’accompagnement de leurs clients.

Puis, nous avons farfouillé pour trouver des prestataires qui répondaient aux normes de qualité que nous nous étions fixées, tout en restant dans des tarifs « acceptables » pour nous.

Notre objectif est de favoriser la diffusion de Sweet Me the Game au plus grand nombre tout en respectant nos valeurs.

Les bénéfices, et nous espérons bien qu’il y en aura un jour, seront affectés à la fabrication des exemplaires suivants, puis au développement des autres versions de Sweet Me. Pour en savoir plus, nous vous invitons à visiter la page « nos projets« .

Combien est vendu Sweet Me the Game ?

Le prix est de 49,50 €TTC. Et oui, on sait, c’est quand même un budget important.

Plusieurs raisons à cela :

D’abord, nous avons fait le choix de fabriquer exclusivement en France et d’être respectueux de notre planète au maximum. Ca a un coût. Ca aurait été moins onéreux d’imprimer en Pologne ou en Chine.

Ensuite, Sweet Me the Game est auto-édité sur nos fonds propres … et, malheureusement, ils ne sont pas illimités ! Qui dit « impression en petites quantités » dit aussi « prix unitaire plus élevés » !

Enfin, nous n’avons pas voulu rogner sur la qualité des éléments du jeu. Ca a également un coût.

Nous espérons que vous serez sensibles à nos arguments 🙂 Si c’est vraiment trop onéreux pour vous, appelez-nous, nous chercherons une solution ensemble.

Pin It on Pinterest

Share This
Shopping cart
Il n'y a pas d'articles dans le panier !
Continuer les achats
0